Coupe de France individuelle JUDO minimes 2019

30 mars 2019

Venez revivre cette belle journée de judo au Grand Dôme. Un reportage fort comme les deux jeunes judokas des Sorinières : Inès et Lilou. Un moment partagé avec plein d’émotions par leur coach Lilian aussi exigeant que bienveillant !

Un nouveau défi pour moi qui ne suis pas vidéaste. Mais avant tout une très belle aventure partagée avec des amis du tatami, des partenaires de combat et un coach pour qui j’ai le plus grand respect. Enfin, un très grand bravo à ce club qui ne cesse de croître tout en gardant une ambiance familiale. Longue vie à JLS !


Pour ceux et celles qui ne connaissent pas JLS (Judo Les Sorinières) et qui souhaitent en savoir un peu plus sur le contexte de ce reportage, voici l’histoire.


Remontons le temps…

Tout commence en septembre 2018 où ma femme et moi rejoignons le club de judo de notre fils. Pour ma part, après 15 longues années sans sport régulier et confortablement installé dans la trentaine, la découverte du judo s’est faite dans la douleur. 6 mois plus tard, j’ai toujours mal mais j’arrive à peu près à finir les entraînements sans avoir l’air d’un vieillard agonisant (quoi que…) 😀

Pour avoir emmené mon fils pendant 1 an au judo l’année précédente je connaissais Lilian, le coach. Une montagne avec un poids à 3 chiffres… mais j’avais surtout découvert un homme bienveillant avec une juste autorité avec les tout petits (mon fils n’avait que 4 ans)…

En arrivant au cours adulte j’ai atterri dans un groupe allant de 14 à 40 ans passés. Avec ma pauvre ceinture blanche immaculée je faisais un peu tâche dans le décor car la grande majorité portait fièrement du noir autour de la taille… Pourtant j’ai découvert un groupe très ouvert, bienveillant et pédagogue. Un groupe à l’image du coach. Une dizaine de jeunes entre 16 et 20 ans forts et très matures sachant se mettre à la portée de “papy Samuel”. Des plus vieux très sympas également. Et puis, toujours ensembles, 2 pipelettes de 14 ans dans un coin du tatami. Inès et Lilou.

Toutes les deux se sont connues par le biais de l’école. Point important à noter, Lilou a le judo dans le sang puisque c’est la fille de Lilian. Sa maman Chrystèle est également judokate. Quant à Inès, elle est seulement dans sa 4e année de judo et pourtant déjà qualifiée pour les championnats de France minime… Bref, 2 graines de championnes !

Pour la suite, tout est dans la vidéo 🙂


Si je devais écrire un mot pour conclure…

Bravo à Inès qui fait un très beau parcours jusqu’en 8ème de finale (en perdant contre la finaliste). Malgré sa très jeune expérience de judo, elle atteint déjà des sommets. L’avenir semble très prometteur puisque la plupart des combattants ne posent pas un orteil sur les tatamis en coupe de France !

Bravo à Lilou qui a littéralement survolé cette compétition. Les images sont parlantes puisque la plupart des combats se sont fait en moins de 10 secondes : une vraie machine de guerre. Les médailles et les titres n’ont pas fini de pleuvoir !

Bravo à Lilian qui a su accompagner ces 2 combattantes. Un entraîneur présent et exigeant. Un coach (et papa) qu’on entend souvent râler fort quand les choses ne sont pas bien faites mais qu’on peut aussi entendre féliciter, encourager, réconforter quand on tend l’oreille. Un grand monsieur que j’aurai vu pleurer de bonheur en voyant sa fille monter sur le podium. Un coach et un papa fier.

Je finirai en reprenant ses mots :

Cette médaille d’or c’est surtout l’histoire d’un groupe qui s’est mis au service pour que Lilou arrive à ce titre.
C’est un groupe intelligent qui a tout fait pour que Lilou soit dans de bonnes dispositions le jour J … le fameux pic de forme!
On ne se fait pas tout seul !
Lilou se joint à moi pour remercier Inès Antoine David Teïlo Matthieu Louis Corentin Siméon Cauê Manuel, ses partenaires d’entraînement qui se sont pliés en deux pour mettre une opposition de qualité pour que l’objectif soit atteint.
Sans oublier le comité directeur qui a mis les moyens humains et financiers pour que tous s’épanouissent.
Un grand merci à vous tous.

Lilian.



PS : chers adultes, faites comme moi, n’ayez pas peur de commencer le judo et rejoignez le club !