PHOTO DU MOIS – décembre 2018 – TCA

Préambule

Un choix particulier aujourd’hui puisque la photo de ce mois ci servira à illustrer une partie de ma vie dont je ne parle jamais sur ce site ni les réseaux sociaux. Mon autre vie professionnelle au CHU de Nantes.

Juste un mot donc pour parler d’une terrible maladie dont tout le monde a entendu le nom mais sans toutefois la connaître. Il s’agît de l’anorexie mentale (qu’on appelle Trouble de Comportement Alimentaire dans le milieu médical)

J’ai longtemps hésité à en parler car j’ai toujours souhaité séparer ces 2 espaces de travail. Un lien entre les deux existe cependant, celui de l’image de soi. 


La maladie, les préjugés, le soin…

Je ne ferai pas d’exposé long et pompeux sur le sujet car nous ne sommes pas sur un blog médical. Je souhaite simplement faire tomber un certain nombre de préjugés qui existent et dont les patients souffrent :

« l’anorexie c’est une mode / l’anorexie c’est un caprice »

NON  c’est une maladie très grave.

« on ne peut pas se laisser mourir de faim »

Les décès sont malheureusement trop fréquents. Principalement liés à un taux de suicide très élevé et, dans des moindres mesures, liés aux complications nombreuses de la dénutrition sévère.

« l’anorexie c’est un truc de filles »

NON même si elles sont majoritaires,  je compte presque 10% de garçons sur mon lieu de travail.

« l’anorexie c’est un truc d’ado »

NON pas essentiellement, de nombreux adultes sont aussi concernés ainsi que des pré-ado (dès 8 ans parfois).

« un(e) anorexique c’est maigre »

NON, un(e) patient(e) atteint(e) d’anorexie n’est pas obligatoirement maigre. Il y a beaucoup de chemin à faire encore après la renutrition pour le/la considérer comme « guéri(e) ». Par ailleurs, le poids de forme (celui ou le corps fonctionne correctement) est propre à chacun. Certaines personnes auront donc besoin d’avoir un IMC supérieur à 20 pour être en bonne santé (corpulence « normale » entre 18,5 et 25).

« il/elle est très mince, il/elle mange presque rien donc il/elle est anorexique »

NON, même si cela est injuste, il y a des gens minces de nature. Le poids n’est qu’un élément parmi d’autres pour diagnostiquer l’anorexie mentale.

« un(e) anorexique c’est facile à repérer, ça mange rien »

NON pas forcément, un(e) patient(e) atteint d’anorexie peut aussi parfois tout calculer et avoir une activité physique telle qu’il/elle perdra du poids. D’autres mangent mais vomissent après leur repas.

« pour guérir il suffit de manger, c’est pas bien compliqué »

La renutrition n’est que la première étape de la prise en charge. La perte de poids étant comme une addiction il faut effectuer un très long travail pour s’en sortir (2 ans en moyenne dans mon service de soins).

« c’est à cause des mannequins trop maigres que les jeunes deviennent anorexiques »

NON pas forcément, il existe autant de raisons que de patients anorexiques. La maigreur surreprésentée dans le milieu de la mode n’est cependant pas très aidant. A noter qu’en France depuis 2017, les mannequins doivent avoir un indice de masse corporel supérieur à 18,5 pour pouvoir défiler. A noter également que les mannequins ne sont pas tous anorexiques même si la maladie est bien plus présente dans ce milieu


Et je pourrai continuer cette liste encore très longue sur toutes les maladresses blessantes que nos jeunes patient(e)s peuvent entendre…

Merci à vous de diffuser ces informations car cette maladie est trop peu connue. Je vous invite par ailleurs à regarder le petit reportage vidéo ci-dessous que le CHU de Nantes a fait. Ne me cherchez pas, on ne me voit (presque) pas 🙂


La photo – Le reportage vidéo

tca hdj ado